Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/08/2017

Un sonnet pour Isa....

J'ai rencontré cette fée au teint d'hirondelle
Cette œuvre de vie aussi riche qu'aquarelle
Qui montre que beauté peut rester immortelle
Quand de cette vision je reçus l'étincelle

Cette rencontre que je vécus providentielle
Sembla un archer caressant un violoncelle
Ce regard de tourterelle faisait passerelle
Avec cette tendre et épique citadelle

Il parut que cette princière sentinelle
Aussi magnifique, altière et sensuelle
Qu'elle peut être une rebelle passionnelle

Et sa douce peau de velours au goût cannelle
Transforme cette gente dame sensationnelle
Aussi sûre que cette fée Isa est belle

( Montpellier-été 2010)

23:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2017

Fan des années 80......!

Les années 80, …………………………………………………………………
Les années 80, c’étaient la découverte du sentiment amoureux
Les années 80, c’était aussi les premiers blessures d’amour
Les années 80, c’était la découverte de l’ Afrique (Djibouti, Le Burkina, le Togo, le Bénin)
Les années 80, c’était la perte de mon dernier Grand-Père
Les années 80, c’était la rencontre avec celle qui allait me donner une fille formidable
Les années 80, c’était la fin de mes études médicales
Les années 80, c’était la soutenance de ma thèse
Les années 80, c’était ma première installation en libéral
Les années 80, c’était la perte d’un de mes oncles (mon 3ème grand-père)
Les années 80, c’était la rencontre d’amis prodigieux toujours présents
Les années 80, c’était des années d’études mémorables riches (échecs, réussites, bringues)
Les années 80, c’était des rencontres amoureuses nombreuses et toujours riches
Les années 80, c’était la perte d’une amie très proche
Les années 80, c’était une sacrée de partie de ma vie…


Nice, le 29 avril 2017




26/08/2016

Lettre au vent....

Amour,

Il est tard, la nuit avance, il me semble déjà rêver
En effet, quand je dors mes paupières seules me séparent de toi

J’entends déjà ta voix vibrer au fond de mon cœur
Tu es en moi jusqu’au plus profond de mon âme

Tes paroles me font effet de rivières limpides qui s’écoulent
Le long de toutes les fibres de mon corps.

Ces rivières qui s’écoulent comme le temps,
Ce temps qui court sans jamais s’arrêter, nous devrons l’affronter ensemble
En sachant déjà l’issue du combat

Car le Temps est une flèche plantée dans le cœur de la Vie….

De cette vie, je n’aurai de cesse de te dire « je t’aime »

Et au bout du chemin quand mes yeux se refermeront sur l’Ombre
Mes lèvres exhaleront mon dernier soupir qui murmurera ton nom

Et quand l’Eternité m’aura recouvert, je sais déjà que je t’aimerai encore…..

Cette lettre que je confie au vent
Je l’écris alors qu’il est tard
Et que le noir s’avance

Je vais aller te retrouver dans mes rêves…

22:26 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)