Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/11/2015

La vie avant tout….

A tous les Frères humains qui avec nous vivez
Veuillez cesser, je vous prie de vous entretuer
Quand tombera donc cette fièvre de violence
Issue de tant de volonté de puissance ?
Combien faudra-t-il de morts et de sacrifiés
Sur l’autel de pseudos spiritualités ?
Combien de vies brisées au nom d’idées pourries
Qui ne sont que des prétextes à barbaries

Combien de tonnes de tripes faudra-t-il encore
Pour que stoppe enfin, ce massacre des corps ?
Combien de flots de sang s’écoulant en sanglots
De ces vies qui s’écoulent en dramatiques flots ?

Quand l’Homme, de l’autre en conquête perpétuelle
Trouvera-t-il le temps de savourer la vie
Qu’il s’acharne à ôter pour de simples envies ?
Il a oublié que seule la mort, est éternelle ?

Alors, Noé aurait rempli son arche pour rien……

16:36 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2015

Le trésor des sens

Un vieil homme sentait la fin de sa vie arriver. IL décida alors de solliciter la visite de ses trois enfant, Thomas, Sophie et Jean.
Mes enfants, leur dit-il, je vais bientôt arriver au bout de ma longue route.
Celle-ci a été parfois lourde, parfois légère. Mais j’ai bien vécu et je suis content de cette vie qui a été finalement riche et harmonieuse.
Quand je disparaitrai, vous hériterez de mes terres. J’ai déjà tout préparé, vous aurez des parts de terre équitables et égales. Nul d’entre vous ne sera lésé.
Et puis comment faire le choix entre mes trois enfants que j’aime ?
Dans cette terre riche se trouve un trésor. C’est la même chose dans les 3 terrains.
Mais ce trésor vous le trouverez avec du travail, de la patience et de l’observation.
Quelques temps plus tard, en cette fin d’hiver le vieil homme déposa son dernier souffle en présence de ses enfants.
Des semaines après, les trois enfants prirent possession des terrains que leur a légué leur père.
Ils purent constater que les 3 terrains avaient la même superficie, la même configuration. Ils ont également découvert que les terres n’étaient pas entièrement cultivées.
Ils se rappelèrent alors des paroles de leur père au sujet d’un trésor.
Sophie et Thomas se mirent à creuser leur terrain respectif.
Jean, au contraire passa une journée entière, assis à observer le terrain, puis se mit au travail.
Au bout de plusieurs semaines, le terrain de Sophie et le terrain de Thomas furent entièrement retournés, creusés presque évidés de leur terre.
Mais pas de trésor enseveli.
Jean au contraire appréciait son terrain. Celui-ci était recouvert de verdure, de plants de légumes qui commençaient à pousser.
Sophie et Thomas étonnés de ne pas trouver de trésor, ont demandé à Jean pourquoi il n’avait creusé.
Jean leur dit que cela ne servait à rien de creuser. IL s’était aperçu que les terres non cultivées étaient recouvertes d’herbes diverses et variées et que les arbres qui étaient présents avaient des feuilles bien vertes malgré l’été bien chaud.
Il avait supposé que la terre était fertile car il avait devinait que celle ci regorgeait d’eau en profondeur. A force de travail et de patience, Jean attendait ses prochaines récoltes qui devraient être abondantes.
Quant à Sophie et Jean ils durent attendre l’année suivante pour pouvoir accéder à un rendement important.
Le trésor dont parlait leur père avant de mourir était bel et bien dans la terre, mais ce trésor là est source de vie.
Prenons le temps d’observer, de regarder, de sentir et d’écouter et nous trouverons toujours un trésor caché en nous même.

20:03 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)